Tous les vernissages à venir
Map

INTEMPORELS

Guy Chapellier
Du lundi 4 juillet au samedi 3 septembre
La Place des photographes
1 Rue Reattu, Arles, France
Vernissage : jeudi 7 juillet à 19:00

Le mot du galeriste

Cette voix nous a bercé, amusé, terrifié, intrigué depuis les années 1970 jusqu’à nos jours.

C’est la voix de Scott Bakula dans les séries «code Quantum» «NCIS» «Enterprise» «Mr et Mme Smith»
Celle de Rod Serling dans «La 4 ème dimension»
Celle de James Wood dans «il était une fois l’Amérique» «Virgin suicides» et dans le
dessin animé «Hercule» où il jouait Hadès le dieu des enfers
C’est la voix de Treat Williams dans «J. Edgar Hoover»
Celle de John Lone dans «Le dernier empereur»
De Kyle MacLachlan dans «Dune»
De Jan Michael Vincent dans la série «Supercopter»
De Kitt dans la série «K 2000»
De Futé dans la série «Agence tous risques»
De John Savage dans « Maria’s lovers »
De Rowan Atkinson dans «Mister Bean» «Maigret» «Vipère noire»
De Jackie Chan dans «Shanghai kid»
De Robert Duvall dans «Le parrain»
De William Fichtner dans la série «Prison break»
De Kevin Kline dans «Le club des empereurs»
La voix de Justin dans «Brisby et le secret de Nimh»
de l’amiral dans «Le monde de Nemo»
De Scar dans «Le roi Lion 2»
de Tenzin dans «La légende de Korra»
de Roger et Klaus dans «American dad»…

Une voix qui s’est prêtée à des centaines de rôles pour parfaire son métier de comédien, là où le physique importe peu, où seule compte l’interprétation et la facilité à se glisser dans la peau d’un personnage.

A l’instar de sa voix , son œil à travers l’objectif a aussi voulu se glisser dans des scènes de la vie prises à l’improviste pour nous restituer ce qu’il en ressentait, le sens caché et apparent, l’émotion que certaines images peuvent transporter.



Le mot de l'auteur

« Quel est celui qui n’a jamais voulu un jour arrêter le temps devant un moment fort, terrible, enthousiasmant, trop beau, trop rare, trop bref…un moment clé. Photographier c’est prendre ce moment clé qui ouvre les portes de la mémoire et du rêve, se taire et l’observer, se faire complice de ce qui s’accomplit. Les yeux sont la fenêtre de l’âme qui s’ouvre pour respirer le temps, le vivre et lui donner son sens et toutes ses dimensions :

Qu’est ce cheval qui passe, le gardien du calvaire ?
Cette figure de proue, un désir de haute mer ?
Ce vendeur assoupi, un rêve d’Aladin ?
Deux loups de mer assis échangent leurs tempêtes
Un regard solitaire épie par la fenêtre
Un cireur enjolive un pied bravant le sol
Quand pelage et coiffure rivalisent d’audace.
La partie n’est pas jouée même si la dame avance
Même quand Marcel Aymé se moque des murailles.
Le rideau de verdure s’ouvre sur un spectacle
Et le sable balise un horizon marin.
Un ballon poursuivi rêve à l’appel du large
Quand un joueur de vielle égrène l’air du jour.
Si un paon insolent toise un soldat du feu
L’épouvantail embrasse ses futures récoltes.
Certaines prisonnières aux jeux d’enfants se prêtent
Et Guignol les amuse avec ses pirouettes
Tandis qu’à Bryant Park, on porte des fleurettes.

Henri Cartier Bresson disait « photographier c’est retenir son souffle quand toutes nos facultés se conjuguent devant la réalité fuyante…. pour signifier le monde il faut se sentir impliqué dans ce que l’on découpe à travers le viseur ».

Autour de cette expo

Mémoire des lieux

Mémoire des lieux

Du mardi 11 octobre au samedi 31 décembre

Jean Claude Gautrand, Thierry Valencin, Bernard Minier
La Galerie Iso a le plaisir de présenter un extrait du travail de Jean Claude Gautrand, jusqu’au [...]

En savoir +
Rétrospective - 2018-2022 - Photographies de Gérard Niemetzky

Rétrospective - 2018-2022 - Photographies de Gérard Niemetzky

Du mercredi 7 septembre au samedi 31 décembre

Gérard Niemetzky
Uns rétrospective des différentes expositions de photographies de Gérard Niemetzky depuis 2018. [...]

En savoir +